Georges Folmer

1895-1977

L’œuvre de Georges Folmer puissante et sans concession continue de fasciner. Inventeur de l’abstraction géométrique, il va par des rencontres successives et décisives (Félix Del Marle, Mondrian, Auguste Herbin, la Galeriste Denise Renée), donner à son travail cette mesure et cette harmonie qui procurent au spectateur un sentiment de plaisir et de sérénité notamment par l’étude du Nombre d’Or, connu depuis l’Antiquité Grecque. Il suivra un parcours artistique qui le mènera de l’académisme à l’influence Nabis notamment en fréquentant l’atelier du peintre et dessinateur Henri-Gabriel Ibels où il rencontrera Vuillard et Maurice Denis.
Sous l’influence de Felix Del Marle, Folmer s’oriente en 1926 vers le Cubisme qui le pousse à rechercher un rabattement des plans, une géométrie plus lisible et une épuration des formes. Le mental prime alors sur l’optique.
1933, date de notre tableau, marque le début de l’abstraction. Le règne de la géométrie, valeur intrinsèque dans l’œuvre de Folmer, commence. Le tableau que nous vous proposons est donc majeur dans l’œuvre du peintre car il intervient à ce moment charnière où l’artiste passe du Cubisme à l’abstraction géométrique.
Le tableau devient une synthèse entre différents éléments tirés de la réalité mais reconstruits par la ligne et la couleur (on perçoit très nettement ce règne de la ligne dans notre œuvre de 1933). La couleur est cependant employée de façon limitée.  Notre composition entièrement abstraite, formée d’éléments triangulaires colorés variant des bruns, blanc, rouge, ocre et noir dont le traitement lisse peut s’opposer à des nuances ombrées ou des mouchetis et lignes parallèles ondulantes provenant d’un registre décoratif.
Dès lors, dans ce tableau et les suivants, c’est bien la notion d’espace qui va alimenter la réflexion de Folmer, la représentation géométrique prenant désormais le pas sur la manière cubiste. Par cette confrontation avec le cubisme, Folmer gagne en puissance, aiguise et schématise sa vision.
Il poursuit sa théorie dans les années 35 en intégrant le Nombre d’Or dans ses compositions et affine jusqu’en 1945 une technique du dessin inventive qui consiste à appliquer de l’encre noire avec des petits morceaux de verre par passages successifs suivant les valeurs recherchées (c’est la série des encres-monotypes).
En 1945, il réalise des constructions volumétriques en bois, à pans colorés qu’il appelle « bois polychromes, constructions spatiales ».
En 1947, il est cofondateur avec Herbin, Del Marle, Sonia Delaunay et Albert Gleizes du Salon des Réalités Nouvelles où la Géométrie et la pureté des formes jouent un rôle important.
En 1960, il introduit le mouvement dans ses œuvres : ce sont les roto-peintures actionnées par le spectateur ou bien mécaniquement. La même année, il fonde le groupe « Mesure » qui réunit tous ceux qui se réclament de l’abstraction géométrique parmi lesquels Aurélie Nemours et Marcel Breuer. Ce groupe prend fin en 1965 par manque de cohésion.
Jusqu’à sa mort en 1977, il défendra l’abstraction géométrique qui a vu sa naissance en 1933 dans le tableau que nous vous proposons. Georges Folmer écrira « Comme celle des chiffres ou des notes musicales se rapprochant par là d’une symphonie où tout est mobiles, suggestions, possibilités à l’infini, l’Art géométrique est à l’origine du mouvement et des fluctuations de l’esprit. Il anticipe. C’est dans le domaine des variations que l’Art atteint son plus haut stade de raffinement. »

Expositions monographiques majeures :
2015 - Folmer, Peintre mallarméen, Paris, Mairie du XVIème, France
2015 - Exposition Georges Folmer : Raison, Poésie, Espace, Galerie Georges Gour, Paris, France
2013 - Folmer, peintre mallarméen, Vulaines-sur-Seine, France
2011 - Du nombre d'or à l'abstraction géométrique, Paris, Galerie Georges Gour France
2010 - Rétrospective Folmer, Rennes, Musée des Beaux-Arts, France
2010 - Folmer : Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, Genève, Suisse
2008 - Hommage à Folmer, Montbéliard, France
1993 - Folmer et l'abstraction géométrique, Nancy, Musée des Beaux-Arts, France
1991 - Les encres monotypes de Folmer, Leipzig, Allemagne
1988 - Les Années 1950, Paris, France

 

Folmer Perspectives Géométriques 1933
Perspectives Géométriques, 1933

Huile sur toile
Signé et daté au dos ‘Folmer ‘33’
46 x 33 cm

Provenance
Atelier de la l’artiste
Collection privée, Paris (par descendance du précédent)
Galerie Waterhouse & Dodd, NYC & London
Collection privée, Paris

Expositions
Rennes, Musée des Beaux-Arts, du 10 février au 23 mai 2010

Bibliographie
Georges Folmer, 1895-1977, Catalogue raisonné, Paris, 2015, no.199, illustré en couleur p.91
Georges Folmer, Rennes, Musée des Beaux-Arts, 2010, Catalogue de l’exposition, illustré en couleur p.34